Dominique Massaut

Une démarche artistique

article prétentieux

Dominique Massaut
Une démarche artistique
(article prétentieux)

La poésie en éveil, en recherche, et pour toutes et tous en tant que lecteurs, auditeurs ou créateurs.

Quelques mots clés… Poésie, oralité, diversité, démocratie, interactivité, éveil, interrogation, mouvement, artisanat, continuité.

L’artisanat L’implication de l’artiste dans la citoyenneté me paraît aujourd’hui incontournable. Emerveillé par l’art pour l’art comme une poule devant un mégot, chante H.-F. Thiéfaine… Je pense que le génie ne tombe pas du ciel. Ce sont les autres qui conditionnent l’artiste, toutes celles et ceux croisés au cours d’une vie. Le poète doit créer avec la matière que la vie lui a donnée. L’artiste est donc avant tout un artisan. Le monde a raison d’exiger de lui un travail, et une utilité quelconque, fût-ce celle de perturber…

Errer, égarer, jeter le trouble Le maître mot de ma démarche en tant qu’artiste ainsi que dans mon travail d’animation, c’est sans doute la continuité (en ce qu’elle se distingue de l’opposition des contraires). Lutter contre un blanc pur et un noir pur se tournant le dos, ne se rencontrant, ne se métissant plus. A l’heure du repli identitaire, de la peur de l’autre, je m’efforce donc de jeter le trouble inlassablement sur les frontières, les barrières, les forteresses parfois, établies entre les choses, les concepts, les êtres, les gens, les groupes de gens. J’essaie, chaque fois que c’est possible, de remplacer la netteté de ces murs par des zones d’intersections floues, dans une invitation à l’errance, à l’égarement, au questionnement, à la re-création. Des zones où on ne sait plus très bien où se termine « je » et où commence « tu », des zones d’inattendu, d’étrangeté, de sens critique et de rencontre, où on laisse l’autre entrer dans notre propre sphère et, parfois, la modifier. L’artiste acceptera d’y être bousculé. En sens inverse, il proposera des objets devant lesquels le public pourra s’interroger sur lui-même et sur le monde. Il est en outre primordial pour moi que cette relation se déroule dans le plaisir partagé, et non dans la confrontation ou la provocation. Continuer à être avec. Poursuivant mon brouillage de pistes, je m’acharnerai en outre à explorer, pour chaque livre/disque/spectacle… des formes esthétiques différentes, de telle façon qu’on ne s’attache pas à mon œuvre pour des raisons, selon des critères, purement formels.

Poésie, oralité Depuis toujours, mes outils sont les mots du poète, et la voix que porte le corps. Lorsque le poète pense, il s’agit que la pensée lui traverse le corps, y séjourne, y broute et y rumine, comme une vache, oui, y dorme, y disparaisse, en ressurgisse, jusqu’à prendre une forme vocale et intuitive. Je travaille donc beaucoup aux évocations sensorielles, ainsi qu’au rythme, à l’allitération, pour créer, dans ma poésie, des objets sonores, presque physiques, à la musicalité malaxée. Toutefois, dans une époque où les supports se démultiplient à grande vitesse, où les techniques se transforment, il me paraît en outre important – à nouveau dans un esprit de décloisonnement – que le poète ne crée pas systématiquement seul, mais qu’il s’implique aussi avec d’autres artistes d’autres disciplines (musiciens, photographes, dessinateurs…) pour créer des objets hybrides. Cela est vrai aussi pour les supports utilisés (scènes de slam ou de spoken word, scènes pour récital de poésie&musique ou de poésie théâtralisée, lieux insolites pour performances insolites, lieux d’exposition, livres, CD, DVD pour vidéo, structures informatiques de tout poil…) En outre, que le poète soit seul ou associé à d’autres artistes, il optera pour une inscription dans le mouvant plutôt que dans le figé, et s’attachera de ci de là à susciter ces autres questions : Où est la fin d’une œuvre ? ; où est le début de la suivante ? L’œuvre, de préférence au fruit, ne serait-elle pas plus largement, le rhizome, l’arborescence ?

Interactivité Enfin, nos sociétés ont tendance à dresser également d’étanches parois entre producteurs et consommateurs, entre ceux qui font ou vendent, et ceux qui, après le choix sourcilleux de l’achat, s’installent – dans un comble de la bouche bée, et l’électro-encéphalogramme bien aplati – dans un état de réceptacle inerte pour ce qui est proposé. En conséquence, ma démarche vise à rendre le lecteur, l’auditeur, le public lui-même un tant soit peu créateur.
-  En tant qu’auteur et interprète. Dans le poème, on laissera de l’espace au lecteur (ou auditeur/public) dans lequel celui-ci pourra voyager. Ne rien lui donner de tout cuit. Le laisser achever lui-même le poème à travers son propre voyage.
-  En tant qu’animateur de scène slam. Puisque le slam est un terrain nouveau d’expression de la poésie où tout qui le souhaite est invité à monter sur scène pour dire un texte de son cru ; on y fera donc le spectacle AVEC le spectateur, qui devient alors spectacteur...
- En tant qu’animateur d’ateliers d’écriture et d’initiation au slam.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 382275

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site à propos de dominique massaut...  Suivre la vie du site Une démarche artistique   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License